dimanche 23 mars 2014

Kilomètres par heure


Cette (pas si) récente formulation, fait florès depuis quelques semaines. Techniquement, elle est correcte, et même précise (cf. l’émission de radio « Cent francs par seconde », des années 50 ou 60). Toutefois, l’angliciste peut y voir un alignement sur la syntaxe anglaise : kilometers per hour.
Une telle affirmation est corroborée par d’autres alignements, difficiles à déceler car constitués de mots français à part entière. Par exemple, « commencer avec » (to start with) qui tend à supplanter « commencer par ». Ou, « emmener/avoir avec soi » au lieu de « emmener/avoir » tout court.

5 commentaires:

  1. Bonjour,

    Vous me semblez faire une fixette sur les anglicismes (qui certes ne manquent pas, mais les exemples que vous donnez sont un peu tirés par les cheveux) alors que la langue française est sérieusement amochée par les français eux-mêmes : combien de « solutionner » à la place de résoudre ? combien de « sélectionner » au lieu de choisir ? de chuter au lieu de tomber (voire choir) ? etc.

    Ne parlons pas des liaisons (combien de « vingt-z-euros » ou de de « huit-z-euros ») ou autres barbarismes.

    Laissons les anglophones où ils sont (ils déplorent d'ailleurs largement que le langue s'appauvrisse autant depuis qu'elle est devenue langue « internationale »).

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Vous me semblez faire une fixette sur les anglicismes (qui certes ne manquent pas, mais les exemples que vous donnez sont un peu tirés par les cheveux) alors que la langue française est sérieusement amochée par les français eux-mêmes : combien de « solutionner » à la place de résoudre ? combien de « sélectionner » au lieu de choisir ? de chuter au lieu de tomber (voire choir) ? etc.

    Ne parlons pas des liaisons (combien de « vingt-z-euros » ou de de « huit-z-euros ») ou autres barbarismes.

    Laissons les anglophones où ils sont (ils déplorent d'ailleurs largement que le langue s'appauvrisse autant depuis qu'elle est devenue langue « internationale »).

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Vous me semblez faire une fixette sur les anglicismes (qui certes ne manquent pas, mais les exemples que vous donnez sont un peu tirés par les cheveux) alors que la langue française est sérieusement amochée par les français eux-mêmes : combien de « solutionner » à la place de résoudre ? combien de « sélectionner » au lieu de choisir ? de chuter au lieu de tomber (voire choir) ? etc.

    Ne parlons pas des liaisons (combien de « vingt-z-euros » ou de de « huit-z-euros ») ou autres barbarismes.

    Laissons les anglophones où ils sont (ils déplorent d'ailleurs largement que le langue s'appauvrisse autant depuis qu'elle est devenue langue « internationale »).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où avez-vous vu que les anglophones déplorent l'appauvrissement de leur langue ? C'est un concept typiquement français !

      Supprimer
  4. L'anglais s'immiscent dans la langue français souvent par l'ignorance et l'inculture (voire l'acculture) des passeurs...
    Les médias en sont largement responsables, entre autres...
    Les séries télévisées parlent de 'Département de la justice' pour le 'Ministère de la justice (Department of Justice est un américanisme, au Royaume-Uni, il s'appelle 'Ministry of Justice')...
    Dans les mêmes, on entend en permanence 'suspecté' pour 'soupçonné' (on a des soupçons sur un suspect.. et non l'inverse...)
    De même, on entend 'intéressé 'dans' pour intéressé 'par'... et non pas l'anglicisme 'interested in'... ou encore chercher 'pour' au lieu de chercher tout simplement...

    La liste est interminable et les aberrations linguistiques reprises en choeur par les médias et les gens qui ne savent ni quel est le vrai ni quel est son sens... comme je le constate tous les jours dans mes interventions...

    S'il est vrai que beaucoup de la langue anglaise vient aussi du français cela ne veut pas dire, pour autant, dire n'importe quoi ni n'importe comment...

    Pis encore, l'idée que passer des mots d'une langue à l'autre l'enrichissent est une autre aberration ! Il est depuis longtemps prouver que cela l'appauvrit... et a causé le 'suicide' de bon nombre de langues... d'ailleurs, et encore, sur le terrain les gens consultés ne connaissent même pas le sens des mots qu'ils emploient...

    RépondreSupprimer